Les Cahiers de la Gastronomie : dans la reflexion, pas dans l’action. Merci

Publié le 04/07/2010 dans Au-delà du Net par Soph Gourmetise - 2 Commentaires

J’en rêvais, Menu Fretin l’a fait : Les Cahiers de la Gastronomie. Un jour, au gré de mes séances de surf intenses sur le net, je suis tombée sur cette revue et ni une, ni deux, je m’y suis abonnée.

Enfin un magazine qui traite de gastronomie sans aucune recette de cuisine. Passionnée, je le suis, gastronome, j’espère l’être, cuisinière, je n’y arrive pas. Je dois passer trop de temps à observer, decrypter, rencontrer pour ne pas en passer suffisament dans ma cuisine.Frustrée par les revues « culinaires » qui proposent essentiellement des recettes (ou en grande partie), Menu Fretin m’apporte enfin le plaisir de lire un magazine qui approfondit mes connaissances, éveille encore plus ma curiosité.

Les Cahiers de la Gastronomie est une revue trimestrielle qui se (nous) questionne sur la Gastronomie dans son histoire, ses aléas, son sens profond, ses aspirations et aspirants et avec un peu de philosophie.  Le tout, sans prétention ni complaisance mais avec beaucoup de passion et de bienveillance.

Vous le comprenez donc, pas de publicité, que du texte, des pensées profondes, des axes de réflexion. Un graphisme simplissime, épuré, qui laisse la place aux pensées pertinentes, profondes et totalement assumées de ses rédacteurs. Pas de place au bling bling, aucune prétention, un juste hommage à la gastronomie qui ne connait pas de frontière sociale ou économique. La gastronomie dans son sens originel.

3 numéros ont déjà été publiés, je me suis ruée dessus. Je n’ai pas encore eu le temps de tous les lire, mais le peu d’articles dont j’ai d’ores et déjà fais connaissance m’ont énormément intéressé.  Le numéro 1 se penche sur la question essentielle « qu’est ce qu’un bon restaurant ? », le second  débat sur « les cuisines populaires » et le dernier paru s’interroge sur « qu’est ce qu’un goût ? »

Ce que j’aime : l’intelligence simple ou bien leur simplicité intelligente. Leur sens critique, le rapprochement d’une recette, d’un produit ou autre sujet culinaire à son histoire et à toutes formes d’interprétation en fait une revue accessible pour toute personne passionnée et curieuse.

Ruez vous sur ce nouveau magazine. Attention, il est sensé être disponible en librairie, et, pour le moment, aucun « bon libraire » ne le propose. La seule solution, pour le moment, passe par l’achat d’un ou plusieurs numéros sur leur site ou l’abonnement. Profitez d’être sur le site de Menu Fretin pour prendre connaissance de plusieurs autres revues éditées, connexes au thème de la Gastronomie.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 Commentaires

  1. Marie

    je suis allée feuilleter le numéro en ligne; effectivement ce magazine me semble très intéressant. Et puis les sujets de fonds concernant la gastronomie sont rarement abordés. Je me laisse un temps de réflexion avant de me décider.

  2. BenCo

    Je découvre ce blog au gré du hasard des clics … de suite enregistré: il change du panorama actuel de la blogosphère culinaire … cependant, je reste sceptique quant à l’auto qualification de gastronome pour une personne qui n’aime pas forcément cuisiner, ni lire des recettes … Pour moi, il y deux moyens de connaître la cuisine, de se faire le palais: la consommer, et/ou la réaliser … La consommer sous-entend se rendre quasi quotidiennement dans des établissements de renom, histoire d’éduquer le palais aux belles et bonnes préparations, donc … de disposer d’un budget énorme (mais concevable) … La réaliser, permet de comprendre, d’appréhender au mieux ce que l’on nous sert ensuite. Elle ne démarre pas dans sa cuisine, mais lors du marché, avec la sélection de ses produits: il faut savoir faire la différence visuel, gustative et culinaire entre une tomate hors saison, une tomate hors sol, et une tomate de saison … et là, on peut subdiviser l’approche selon les variétés, entre par exemple la tomate de Marmande (qui rappelons-le est une variété, et non un gage de provenance) et une Roma …
    Bref, la culture culinaire n’est pas que théorique, mais aussi pratique … et réciproquement …
    Blog sympa, et bonne continuation ;o)

Laissez un commentaire

Les champs marqués d’un * doivent être remplis