Colorova, supercherie ou mauvais positionnement ?

Publié le 25/01/2013 dans Lieux par gourmetise - 21 Commentaires

En septembre dernier ouvrait une pâtisserie d’un nouveau genre près de chez moi, dans la rue de l’Abbé Grégoire (Paris 6), sous le nom de Colorova. Une rue à priori sans charme, discrète et très calme. En revanche, pour les habitants du quartier, elle a le mérite de présenter quelques boutiques gourmandes attrayantes : La charming et très garnie épicerie antillaise de Christian de Montaguère, les cupcakes tout en délicatesse de Synie’s et mon boucher chouchou Jean-Pierre Bajon.

Enfin, si vous deviez arpenter la rue ne serait ce que par curiosité ou pour vous rendre à la Grande Epicerie de Paris (au bout du bout de cette même rue, comme quoi, elle n’est pas si indigne d’intérêt) vous devriez croiser à un moment donné un attroupement de jeunes qui ont les mots pâtisserie, cuisine, gâteaux, recettes etc plein la bouche. Eh oui, vous êtes devant l’entrée de la prestigieuse Ecole Ferrandi.

Alors vous imaginez bien qu’ouvrir une pâtisserie à quelques mètres de l’école Ferrandi était un pari un peu…. osé. Zont pas eu peur ceux là…

J’ai laissé passer le buzz de la blogosphère et presse gastronome (ou un peu moins) qui a immédiatement encenser cette nouvelle pâtisserie. Sous couvert de retrouver une amie travaillant dans le coin, un déjeuner a fait l’affaire pour tester l’ambiance générale, la carte et les pâtisseries of course. Puisque Colorova, au départ, est une pâtisserie.

Bon faisons simple et rapide. Oui les pâtisseries sont réellement intéressantes, surprenantes par les mariages de saveurs proposés et particulièrement bien réalisées.

Maintenant, je n’ai vraiment pas été subjuguée par l’ensemble, voire même, j’ai eu la sensation d’avoir été prise un peu en otage du choix de l’emplacement.

Avec une formule déjeuner à 18€ avec une entrée/plat ou plat/dessert, imaginez la déception, l’amertume et un ventre qui crie famine quand elle se limite à ça :

Petite pâte façon risotto, mimolette et pistache

Gâteau : Mousse clémentine, crémeux vanille, fond de tarte orange

Pâtisserie choisie par mon amie

Un plat de pâtes « façon » risotto qui se moque de mon appétit. Pas mauvais, mais franchement sans grand intérêt. Il ne fallait pas s’attendre à plus, Colorova est un pâtisserie… initialement en tout cas.

Malgré une taille un peu lilliputienne, l’excellent gâteau, a réussi à contenir ma colère.  

Ah j’allais oublier, un service un peu lent, malgré une salle assez vide, qui ne transmet aucun enthousiasme ni envie d’en savoir plus sur l’endroit. Ou tout du moins qui nous donne surtout envie de déguerpir quand en plus, la verve de ladite serveuse de 20 ans, amorphe et insipide, se déploie pour nous inciter à prendre une boisson en plus et évidemment un café, non compris dans le menu, of course…

Je ne sais ce qui les a poussé à prendre un espace aussi grand pour une pâtisserie ? Quel était leur projet de départ ? La pâtisserie sans aucun doute. Mais pourquoi avoir opté pour un espace aussi grand ? L’envie de narguer l’école Ferrandi ? Même si le chef pâtissier a y a tout appris, il faut avoir parfois les ambitions un peu moins hautes, surtout au début d’une carrière… Evidemment, l’investissement, le loyer doivent être colossaux. Seul moyen, plomber l’addition, diversifier l’activité de départ avec une offre salée, simple, efficace (?) et surtout bien rentable.

Désolée, je n’ai pas vécu une belle expérience. La sensation de m’être fait voler.

Une pâtisserie peut être excellente, mais quand on vend un produit à une clientèle, désolée mais malgré tout il est nécessaire d’ajouter un peu de notion marketing. La gastronomie l’abhorre mais là on parle essentiellement de « bon sens ». Une personne n’est pas un porte monnaie, mais un être humain. Le produit, la distribution, le prix, le service et la communication sont les piliers d’un bon positionnement. La rencontre d’une espérance pour le client avec une offre juste. Chez Colorova, le prix et le service sont passés à la trappe pour des raisons qui ne sont pas acceptables, de mon point de vue. Il ne faut pas avoir l’esprit large, mais l’ambition doit rester humble, à la hauteur de nos moyens…. La qualité gustative est une part importante, hautement importante, mais pas suffisante.

Pourquoi s’y rendre alors ? Pour attiser votre curiosité, élargir votre carnet d’adresses de pâtisseries parisiennes et satisfaire votre palais (attention, les portions ne sont pas Ma-ousse….). Mais sincèrement, il n’est pas nécessaire de faire le tour de Paris, en tout cas pas pour déjeuner… So sorry. J’ai rarement rédigé des billets négatifs, mais là je ne pouvais pas faire l’impasse…

Malgré cette mauvaise expérience, je vais tout de même essayer leur formule brunch, il parait qu’elle est très satisfaisante.

NB : je sens que je ne vais pas me faire des amis avec ce billet ,). M’en fiche, j’assume totalement.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

→ Tags:

21 Commentaires

  1. Les Tasters

    Etonnant mais nous avons ressenti exactement l’opposé.
    Les proprios sont très attachant, généreux et passionnés. A l’inverse d’une certaine pâtisserie haut de gamme qui « vend » du service (Gaudard, Hermé, Conticini) et le fait très bien d’ailleurs. Cela permet d’apporter du rêve et de l’élégance mais chez Colorova, on sent bien l’envie de nous proposer un voyage personnel. Pas de cabinet d’archi, de plan com’ mais l’envie de nos faire partager.
    Pour la taille des portions, je pense même qu’elle est l’indice de la qualité et de la finesse, surtout en pâtisserie. La proposition de déjeuner que nous avons eu était justement très originale, loin des quiches et autres ringardises.
    Je pense donc à une mauvaise expérience et peut-être une serveuse qui ne partage pas la même passion.
    C’est intéressant de passer après l’orage médiatique et il est vrai que notre visite remonte au début. A suivre…

  2. Anne-Laure

    Bonjour, j’ai également vécu une expérience assez désagréable chez Colorova, pas tant sur les prix que j’ai trouve correct pour le thé et les pâtisseries, mais plus quant au service (extrêmement lent, maladroit) et aux pâtisseries elles-mêmes que je n’ai pas tellement appréciées. Je ne suis pas certaine d’y retourner même si j’ai trouve le lieu plutôt agréable

  3. Gourmetise

    Merci pour ce commentaire. Si vous avez vécu une belle expérience, j’en suis ravie pour vous et eux. Se rendre dans un endroit nouvellement ouvert n’est jamais évident, les surprises, bonnes ou mauvaises peuvent être au rdv. J’y retournerai pour tester leur brunch un de ces 4.

  4. Gourmetise

    Merci The kitchen around the corner (un de mes films fétiches est the shop around the corner ;=) pour votre commentaire qui rejoint le mien donc. Vous y êtes allé quand ?

  5. Rémi H.

    Je pense qu’il s’agit là d’une réaction « à chaud » et que tout cela aurait mérité de prendre un petit peu plus de recul, mais pourquoi pas.
    Pour bien connaître les deux fondateurs du lieu, Guillaume et Charlotte, il n’est certainement pas question d’ambition dans le cadre du choix de l’emplacement et du local, mais tout simplement d’un coup de coeur : le reste, et notamment le fait que ce soit en face de l’EGF, n’est que le fruit du hasard.
    Ils souhaitaient développer un espace gourmand où pourrait s’épanouir tout le talent de Guillaume en matière de pâtisseries, et je trouve personnellement que le résultat est plutôt convaincant. Concernant la prestation « salée », j’ai toujours trouvé les propositions plutôt bien vues et inventives, après je veux bien entendre le fait que les portions ne soient pas forcément très copieuses, mais j’aurais du mal à caractériser ceci de « vol »… à l’inverse de ce que pratiquent nombre de restaurateurs, qui ne transforment même pas les produits et se contentent d’assembler.

    Tu parles d’ailleurs de la taille des pâtisseries, mais pour des tarifs comparables, l’Eclair de Génie que tu mettais récemment n’est pas beaucoup plus copieux… et pourtant, le produit est souvent moins « technique » que celui de Colorova, où les assemblages sont souvent très étudiés.

    Il aurait sans doute été intéressant d’essayer d’échanger avec Guillaume ou Charlotte, qui sont vraiment des gens charmants… car sur les questions de service et de ressenti global, il y a toujours matière à se questionner et à avancer.

  6. Gourmetise

    Aucune réaction à chaud, j’y suis allée il y a 10 jours. J’ai tout de même le droit d’avoir un sentiment qui, par ailleurs, visiblement est partagé par d’autres personnes. Je me suis placée en consommatrice lambda qui ne cherche pas forcément le pourquoi du comment mais fais parler son coeur et son ventre. Je te trouve un peu péremptoire, sur un de tes articles au sujet d’une épicerie dans le 15ème, j’ai longuement hésité à te reprocher d’être extrêmement brutal vis à vis de l’entrepreneur.
    C’est vraiment gentil de ta part de prendre la défense des fondateurs, mais je suis en droit d’avoir un avis qui n’est que le mien, comme écrit.
    Sur cette nouvelle adresse, je remets surtout en question leur positionnement prix qui n’est pas cohérent. Je ne parle pas des pâtisseries, mais bien de l’offre déjeuner à 18€, ce qui amène à peu de chose près (et je suis large je pense) un plat de pâtes façon risotto, microscopique à 10€….
    CQFD.

  7. Ariane

    Je suis très en phase avec toi et c’est la raison pour laquelle je n’ai pas ajouté de billet à tous ceux existants dans la foodosphère : je préfère parler de ce que j’aime ! Déjeuner en décembre : j’ai beaucoup aimé l’espace, l’aménagement, le calme. Mais en effet, première déception à la lecture de la carte : certes, on vient d’abord pour les desserts mais le reste est moyennement attirant. Le plat au menu, un risotto à la betterave ne me dit rien donc je mange à la carte, mais mon plat, poulet au chorizo, est assez banal. Les desserts sont très jolis et bons quoi que je préférerai peut-être moins sophistiqué… Déception aussi sur la carte des thés, pas très élaborée. Quant au service, je l’ai trouvé neutre. Pour moi aussi, c’est un ressenti subjectif et je ne condamne pas, j’ai prévu d’y retourner pour une pâtisserie l’après-midi. En tout cas, encore un exemple de l’emballement excessif du buzzomètre !

  8. Parisianavores

    J’ai testé ce lieu grâce à un deal Groupon, donc avec moins d’exigence qu’au prix fort… J’ai apprécié le lieu et les pâtisseries.

    Cependant, je te rejoins sur le niveau de service qui n’est pas du tout à la hauteur du lieu… Lent et peu à l’écoute du client…

    Il est vrai qu’à force d’avoir lu et entendu monts et merveilles sur ce salon de thé, la déception peut être au RDV.

    Voici ma critique : http://parisianavores.com/et-colorova-colora-mon-apres-midi/

  9. Meg

    Je ne sais pas où vous allez à Paris pour manger mais les prix sont tout à fait correctes chez Colorova… et en plus là il y a un environnement unique et confortable. Je n’ai jamais été à un endroit pareil qui a une telle personnalité. Pour le déj… le petit déj… le thé… un goûter. C’est juste formidable car c’est adapté à tout.

    Et bien évident c’est plus grand car ce n’est pas JUSTE une pâtisserie…

    Chaque personne que je vois qui me parle de l’endroit dit en premier à quel point c’est chouette car c’est unique. Vous pouvez rester aux trucs simples et boring si vous voulez, mais au moins ils changent le rhythm un peu!

    Mais bon, chacun ses goût :). C’est dommage que vous le trouvez pas bien… et bien sûr toujours des choses à améliorer.. c’est le principe!

  10. Bacon

    Mêmes impressions négatives suite à un brunch vraiment quelconque un samedi midi avec des amis: c’est surfait et il me semble normal de le dire…

  11. Marie

    j’y ai déjeuné en décembre et je comprends ton ressenti. j’avais un très bon plat copieux : le tartare de boeuf mais mon compère avait dans son assiette quelques légumes anciens avec son poulet (plutôt chiche). Rien à dire sur les gâteaux ils sont tops. J’ai trouvé qu’il y avait un décalage entre le lieu et la proposition culinaire : les portions sont petites type resto gastro mais dans un resto gastro on enchaine les petites portions. C’est un trait général à tous ces lieux dont souvent les chefs viennent de restos étoilés et palaces. Ils sont dans la retenue comme s’ils allaient vous servir trois plats alors que vous n’en aurez qu’un. C’est bon mais chiche et c’est vrai très lent pour le service alors qu’il n’y avait que trois tables occupées.
    Bref j’y retournerai probablement pour la pâtisserie qui est vraiment bien.

  12. Marie

    PS : Madame Figaro parle de déjeuner Slim…. dans son article.

  13. Sabrina

    J’y suis allée avec des amies, prendre un thé et une pâtisserie. Le lieu se veut chaleureux avec des chaises/ fauteuils hyper coloré et assez confortable, avec une ouverture sur les cuisines mais est, au final assez froid par la taille de son espace, et son service. J’ai apprécié la déco de table aux inspirations des 4 coins du monde. Mais j’ai été assez déçu en arrivant, je m’attendais à un accueil un peu plus chaleureux. De plus, J’ai trouvé le service un peu léger.
    Je n’ai au final pas vraiment retrouvé le lien avec son nom Colorova. Selon moi il y a eu un « emballement » autour de ce lieu, qui aujourd’hui lui fait défaut. On s’attend à beaucoup plus et au final on en ressort assez déçu.

  14. Rémi H.

    Oups, je n’avais pas pris le temps de répondre plus tôt. C’est marrant que tu reviennes sur cet article précis, qui a plus d’un an, et sur lequel j’ai beaucoup réfléchi depuis. Certes, j’y avais sans doute été un peu fort, mais c’est aussi parce que je regrettais sincèrement tout l’investissement de ce couple pour un résultat discutable, et des chances de succès plutôt limitées (d’ailleurs, le bilan parle de lui même : un CA de 37200€ au 31/07/2012 pour un résultat net de… -28400€).

    Je maintiens mes arguments sur le rapport qualité / créativité / prix, même tu persistes à dire qu’il est mauvais. Après, chacun peut se faire son idée, même si surfait me semble un mot bien mal utilisé dans le cas présent.

  15. Gourmetise

    en effet, nous sommes 2 et visiblement, toi comme moi, nous n’avons pas le droit de ne pas adhérer et surtout d’en parler….

  16. Gil

    La ça devient de l archenement on vous a fait quoi pour vous obstinez à ce point et surenchérir sur le fait que vous n avez pas aimé une entreprise se construit avec le temps pour info nous n avons ni attaché de presse et aucune implication de notre part sur la com nous n avons malheureusement pas le temps les articles papier web etc son venu d eu même on a rien demandé alors faire le buzz pour le buzz c est comme vous voulez en revanche prendre l’initiative de venir me parler et de discuté de ma démarche et de mon travail et du fonctionnement de mon entreprise…… Faite moi signe

  17. Gourmetise

    Je vous ai envoyé un mail.

  18. Fm

    Bonjour,

    Je suis également une amoureux de la rue de l’abbé grégoire.

    Colorova… J’étais enjoué. Mais quelques testes n’ont fait que confirmer un triste constat: c’est beau, mais c’est de moins en moins bien et de plus en plus cher.
    J’ai souvenir d’un sandwich exquis au début, devenu franchement quelconque deux mois après.
    La cuisine était bonne, mais les portions donnent l’illusion de se trouver dans une maison de poupée.
    Quant au service… La serveuse semblait un peu allumée, alors ce qui passait pour de la fantaisie tout à fait sympa au début du déjeuner est devenu franchement déplaisant: on constate vite que cela n’est que l’édulcorant d’un manque de professionnalisme.
    Enfin, la dernière tentative : je suis rentré pour un financier, j’ai dû attendre dix minutes car on faisait mine de ne pas me voir, préférant faire le rituel du thé et la grande démo de patisserie aux clients du salon de thé.
    Je doute y retourner.

  19. Tatie Caro

    Mazel Tov !

    Je pensais être la seule à avoir le sentiment de m’être fait dupée par le bobotisme parisien ambiant !!

    Je vois qu’il n’en est rien et cela me rassure quant à la qualité de mon palais et la légèreté de mon porte-monnaie… ;-)

    Dimanche 08 septembre, donc, me prend l’envie de découvrir cette adresse… pffff… les mots me manquent pour narrer ma déception

    Un chou pistache fraise qui, au premier abord, me faisait de l’oeil… Dommage que le confit de fraise prenne le pas sur la douceur de la chantilly à la pistache.

    Une part de flan microscopique (à 3.50 €) pour laquelle le chef manque singulièrement de générosité sur la vanille (que je cherche encore) et d’attention sur la cuisson de la pâte (blanche et molle)..

    Ajoutons à cela une petite Tarte citron au design moderne mais… courage, fuyons et revenons aux fondamentaux… car ce chef d’oeuvre de prétention a fini direct chez Miss POub’… Pâte pas cuite, un mélange disharmonieux entre ce qui m’a semblé âtre du petit suisse bien gras et du citron… A 4.50 € le petit gâteau, çà fait cher la poubelle…

    Et puis, honnêtement, le labo en vitrine derrière le comptoir à gâteau, c’est bien et çà donne envie quand c’est propre et bien rangé mais là, voir le chef, le cheveu pendouillant, transpirer comme un petit porcinet et le merdier ambiant… bein, comment vous dire ? on est bien lon de l’image bobo-chic que pourrait inspirer l’endroit !

    Pour terminer sur la touche « humour » de la vendeuse : vous voulez un sac ?… Tu penses, Hortense, je vais tout mettre dans mes poches !!!

    Alors, COLOROVA ? Veni, Vidi mais pas VICI !

    Tatie Caro, sur sa faim..

  20. CHristophe

    Personnellement, j’ai trouvé l’endroit est sympa et on est assis à l’aise. J’y suis allé pour un déjeuner léger, les plats sont gouteux et simples. Malheureusement le service n’a rien de chaleureux (je dirais même qu’il y a un certain dédain du client). J’ai osé demander un dessert et il est resté pendant près de 10 minutes sur le comptoir sans que la serveuse ne me l’apporte. J’ai été ignoré comme client, je n’aime que l’on se moque du client de la sorte. Donc, et c’est dommage (je n’ai pas pu goûter aux gâteaux), mais je ne retournerai pas dans ce restaurant.

Laissez un commentaire

Les champs marqués d’un * doivent être remplis