Boco, les chefs happés par la restauration rapide

Publié le 26/05/2011 dans Restaurants par Soph Gourmetise - 4 Commentaires

Ils ont fait fort chez Boco pour mobiliser autant autour de leur lancement d’un nouveau concept de restauration rapide. Du MyLittleParis par ci, de la presse par là. Très bien. Bon, sans être mauvaise langue, avec en tête pensante, Vincent Ferniot, journaliste et critique gastronomique, convaincre (ou même pas d’ailleurs) les media de créer le buzz a dû être du petit lait.

Et à ce jour, (à peine un mois après l’ouverture)  un peu mois de 400 personnes en sont fans sur Facebook. C’est pas du buzz ça ? Regardons ensuite à quelle vitesse les fans vont progresser, pas sûre, qu’ils parviennent à doubler leur Fan Page en 6 mois. Lançons les paris !

 Leur concept ? Sur Facebook, le positionnement serait : un bistrot rapide et bio (pas à moitié, 100 %). Pour déguster sur place ou à emporter des recettes de grands chefs dans des bocaux d’autrefois. A moins de 15€ le repas.

Et leur mission : vous faire découvrir que les plus grands chefs savent inventer pour vous le bio savoureux.

Vous l’avez compris, Boco fédère de grands chefs autour de recettes pratiques, saines, bio et bonnes. Un concentré d’étoiles au service de la restauration rapide. Pas moins de 8 étoiles pour les recettes salées avec Anne Sophie Pic (3 étoiles), Gilles Goujon (3 étoiles) et Emmanuel Renaut (2 étoiles). Et les plus fortes  personnalités pour le sucré avec Christophe Michalak (Plazza Athénée) et Frédéric Bau (Valrhona) 

Et maintenant, dans l’assiette ? Ou plutôt dans le bocal, ça donne quoi ? Voilà, la question que je me suis posée. Et à mon habitude, je n’ai pas voulu trop me renseigner en amont et y suis allée, vierge de tout jugement.

Visiblement, ces réfrigérateurs en libre service traduisent plus une restauration rapide qu’un bistrot, tel qu’on le pratique (commandes et services à table décontractés). En terme de choix, nous sommes servis.

De belles recettes, signées en effet par de grands chefs, autour de plats plutôt sexy et « tendance » pour le salé (velouté de petits pois, royale de Raifort / Salade de Quinoa aux agrumes et aux herbes / Lasagne de polenta, champingnon aux épinards / Vichyssoise d’asperges à l’anis vert / Salade de crevettes et pommes acidulées )

Recettes plutôt classiques mais avec une pointe d’originalité pour le sucré (Riz au lait, caramel d’orange / Cheesecake onctueux, fraise et framboises / Compote de pommes au caramel et specullos / Crème caramel au beurre salé).

Passée l’épreuve toujours difficile du choix (toutes les recettes semblent appétissantes et séduisantes), passage en caisse. Ce jour là, le dessert était offert. Prix du déjeuner : 12,5€. En effet, moins de 15€, mais sans le dessert ! A 6€ en moyenne le Boco, ce n’est quand même pas donné ! Les desserts coûtant entre 2,80 et 3,70, sans faire un calcul scientifique, la facture dépasse les 15€, non ?

Mon plat chaud, lasagne de polenta, champignons et  épinards m’échappe pour rejoindre sa zone de réchauffage. En échange, on m’attribue ce petit outil, très surprenant. 5 minutes après, le radar vibre, s’illumine. Non, ce n’est pas une bombe, mais simplement l’alerte « produit chaud ». Un peu anxiogène, mais rigolo. Surtout quand durant le déjeuner, les autres radars des tables avoisinnantes vibrent.

Et en terme de goût, aucune déception. Les plats étaient très savoureux.

La ratatouille ananas m’a vraiment enchantée par sa fraîcheur et son assaisonnement.

La polenta a rempli son objectif de ressasiement. Ceci étant, la proportion sera t-il suffisante pour un homme ?

Et enfin, le cheesecake était excellent, mais en terme de goût, je n’aurai pas parié sur un cheesecake. Point de biscuit, le « Cream cheese » quasi inexistant. Mais ce dessert reste une très belle éxécution qui mériterait d’être rebaptisée ;=)

Bon, et le bilan alors ? En terme de goût, plutôt emballée. En terme de service, ce jour là, rien à signaler, la garde rapprochée était bien présente et à l’écoute. En terme de prix, un peu moins.

Mais je me pose une question. Est-ce que ce concept de recettes bios et bonnes réfléchies, réalisées (?) par de grands chefs répond à une demande ? Une demande de qui ? Clients ? Pas certaine ? Des chefs ? A réfléchir… Le client, urbain, travailleur qui décide de se rendre dans un concept de restauration rapide (car c’est bel et bien un concept de restauration rapide, comme les Cojean et autres copieurs… ;=) sont ils réellement à la recherche de plats de chefs à consommer rapidement ? Et si oui, est-ce que ces recettes sont la traduction de leur savoir faire exceptionnel, pour lequel on est prêt à casser la tirelire ? Non ! Est ce que seuls les grands chefs peuvent inventer des recettes bonnes et saines ? Non plus, la preuve, Cojean (et quelques copieurs… ;=) le fait plutôt bien.

Et à combien s »élève la commission des chefs ? Car ce problème de prix, qui peut être un vrai frein, pourrait être réglé sans cette part de reversement (si tant elle qu’elle existe…).

Pour la bonne idée du bocal, elle n’est pas nouvelle. En témoignent EatMe dont j’ai parlé dans un précédent billet qui propose à peu de chose près quasiment le même niveau de qualité. Et une autre enseigne B comme Bon à Dijon avait ouverte il y a environ 2 ans. Existe t-elle encore d’ailleurs ?

C’est quand même dingue, la restauration rapide fait vraiment du pied aux grands chefs (ou l’inverse ;=) qui délaissent les grandes marques agro alimentaire. Ils s’y mettent tous, à Paris (Miyou de Guy Martin, testé aussi ici), Marc Veyrat, Bocuse etc…

Et vous, vous êtes en attente de recettes de chefs en restauration rapide ?

J’étais accompagnée ce jour par Ariane Grumbach, diététicienne et blogueuse (L’art de Manger) que j’adore suivre et que je recommande fortement pour tout le monde. Blog pas restrictif, de nombreux conseils en nutrition avec pour toile de fond : le plaisir avant tout !. Et qu’a t-elle pensé de Boco alors ?

1/ Ton avis général sur Boco ?

Accueil sympathique, concept assez original, beaucoup de plats tentants, c’est plus agréable de manger dans des bocaux que dans le plastique qu’on trouve habituellement en restauration rapide. Mais des prix pas donnés si on prend un repas complet

2/ So Gourmetise, Gourmetise, Gourmandise, Goinfrerie, Bof ou Beurk ?

A la fois Gourmetise : goûts agréables, découverte d’associations réussies et Bof : un dessert (tarte citron) trop sucré à mon goût, des crevettes ramollo dans ma salade.

3/ Y reviendras-tu ?
Certainement, car les recettes sont appétissantes et vont se renouveler. Et je n’ai pas goûté les desserts au chocolat !

4/ Qu’est ce qui symbolise la Gourmetise chez Boco ?

L’appel à des chefs pour créer des recettes qui sortent de l’ordinaire en restauration rapide, pas de formule donc on peut composer son repas comme on veut selon ses envies et son appétit et ça, j’adore !

Vite, vite, vite y aller :

3 rue Danielle Casanova

75001 Paris

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 Commentaires

  1. Camille

    Je suis contente d’avoir votre avis, je suis en stage juste à côté, et j’attendais avec impatience l’ouverture, ne sachant pas vraiment ce que j’allas trouver derrière les portes!
    Au final j’ai été très déçue, j’attendais plus un truc de restauration rapide, bonne, oui, mais pas aussi chère, je suis donc en stage, je ne peux pas me permettre de mettre 15 euros ou plus par midi.. C’est dommage, parce que l’idée est bonne, mais je vais donc continuer à aller chez Qualité and Co!

  2. Stephane

    Moi ce qui me surprend c’est que personne ne parle de Boko de Laurent Peugeot qui est présent a la grande Épicerie mais pas que… j’ai l’impression qu’il va y avoir une affaire de Boko dans peu de temps….je dis ca

  3. Samuel MUTIN

    Oui!!! Et BOKO?

    Tout à fait d’accord avec Stéphane!!! Et BOKO by Laurent PEUGEOT. Pour ma part, je ne l’ai pas oublié… Vous pouvez d’ailleurs trouver bon nombre de ses recettes sur mon site! A découvrir ou à redécouvrir!!!

  4. Sabine

    Un peu décu, de passage dans le coin pour mon travail j’ai voulu essayer, je trouve ça cher pour ce que l’on retrouve dans l’assiette, même si tout était excellent, il reste difficile depouvoir manger tout les midis à ce prix là.
    Ca m’a fait penser à ma cantine!Un concept indépéndant « fait maison » rue cadet dan le 9eme; des plats cuisinés par un chef de chez bocuse pour moins de 10 euros; je travaille à coté, ca ne paye pas de mine, mais il changent de menu tout les jours avec 5 ou 6 plats et des desserts à tomber!

Laissez un commentaire

Les champs marqués d’un * doivent être remplis