Eatme : bien, beau, bon

Publié le 14/01/2009 dans Restaurants par Soph Gourmetise - 1 Commentaire

 

Eatme a ouvert ses portes en juin 2005 dans le quartier très couru de Montorgueil.

Sa Genèse :

Son origine prend racine avec sa fondatrice, Valérie BAGROS, issue du milieu de la communication (fondatrice et présidente de K Agency). Avec la revente de ses parts, elle décide de tenter l’aventure de la restauration. Choix périlleux pour une non initiée. Comment a t-elle pu oser se lancer ?

Deux éléments de sa vie quotidienne lui ont permis de déceler l’opportunité business :

1/ Son panel de clients comptait Quick et le groupe Yum (Pizza Hut, KFC). Elle avait donc accès à  toutes les informations nécessaires sur les tendances émergentes et attentes consommateurs.

2/ Les heures non comptées lui ont permis d’être au fait de toutes les solutions de repas express disponibles sur le marché pour satisfaire vite ET bien son appétit. A raison, elle a pu déceler des lacunes sur cette double attente.

Parts de l’agence vendues, la  folle aventure démarre.

=> Définition du positionnement et de ses déclinaisons : « bon, vrai et simple »

=> Recherche d’un emplacement : ce sera un ancien atelier au 38 rue Léopold Bellan, au coeur de Paris, quartier Montorgueil. Quartier qui fait rêver. Malheureusement l’emplacement ne se trouve pas dans les zones de flux. Peu importe. Elle ne se laisse pas abattre. L’espace sera repensé, aucune cuisine n’existait auparavant. Le coût de l’agencement, décoration : 650 K€. Raisonnable pour la superficie très importante (son entourage proche comporte des professionnels du bâtiment).

=> Choix d’une agence pour réaliser le design et l’architecture. Je tiens à mentionner ce point, car j’ai beaucoup apprécié l’humilité dont à fait preuve Valérie, car elle a choisi Idoine. Et pas pour nimporte quelle raison : dans le passé, l’agence avait remporté une compétition face à K Agency. Naturellement, elle en a déduit que cette agence devait être de très bon niveau.

=> Levée de fonds. Bienvenue la galère, aucune banque n’accepte de lui prêter la somme nécessaire à cause de son inexpérience et du mauvais emplacement. Valérie ne s’embarasse pas de ces critiques, elle puisera dans sa réserve issue de la vente de son agence. Et elle a eu raison, photos à l’appui :

   

Juin 2005, ouverture d’eatme. Le succès est au rendez-vous, le bouche à oreille fonctionne à la perfection et son soi disant « mauvais » emplacement n’est pas un frein. Quand on détient un bon concept, qu’on le défend au quotidien, un emplacement proche mais pas « dans » les flux n’est pas une condition sine qua non au succès.

Le concept :

Valérie se défend aussi d’avoir pris le parti de concevoir des recettes qui adhèrent aux codes de la nutrition. Avec ses 3 enfants elle s’est toujours efforcée de maintenir les traditions issues de sa maman et que tous les nutritionnistes défendent : l’alimentation journalisère doit être composée de 1/3 de féculent 1/3 de protéines et 1/3 de fibres. Qu’à celà ne tienne, pour eatme, avec la collaboration d’un nutritionniste et du chef de renom Eric Guérin, son cahier des charges se calquera sur ce binôme pour réaliser des recettes saines ET bonnes.

Valérie se défend de proposer des produits Frais. Par frais, contrairement à certains de ses concurrents, Valérie entend « frais du matin » et non « frais par son mode de conservation » : ingrédients réceptionnés le matin, recettes élaborées dans la foulée, produit mis en vitrine dans l’immédiat.

La réalité :

Très bonne, excellente même, surprise. Face à tous les concepts qui émergent sur ce nouveau marché alléchant de la restauration rapide haut de gamme, je m’y rendais un peu défaitiste. Si peu parviennent à se différencier de « Cojean ». Pire si peu parviennent à réaliser des concepts qui tiennent réellement la promesse du positionnement Sain ET Bon. Une épidémie touche les fondateurs qui additionnent aux vitrines réfrigérées incontournables à tout concept haut de gamme, une zone de composition de salades ou de pâtes, pour un peu mieux surfer sur le succès des concepts de restauration « Jour » ou de « Mezzo di Pasta ». La foire à l’empoigne !

Pas chez eatme. eatme fait du sain ET bon pour de vrai !

Chez eatme, véritablement, les produits proposés sont alléchants, très alléchants. Un choix important et très séduisant (visuellement et en terme de composition) de plats, salades et desserts. Les papilles s’émerveillent. Une quiche, deux soupes et deux plats chauds sont aussi proposées quotidiennement. Mais leur recette sont à l’image des produits présentés en vitrine froide : savoureux tout simplement.

A noter : tous les produits sont présentés dans des bocaux Weck, hyper qualitatifs et justifiant le positionnement « frais du matin » qui ne laissent plus de doute. Pas de plastique chez eatme.

En terme de dégustation, pas de déception non plus. Chaque recette est savoureuse, parfois surprenante avec une audace d’association de saveurs.

Finalement, en terme de prix, pour 2 entrées/salades plus un dessert, la facture atteint 10,10 €, quand chez Cojean le ticket moyen est un peu plus élevé.

Un bémol (il y en a toujours) : un service pas très chaleureux, manque de sourire et d’intérêt pour le client. Dommage, car, un sourire, un signe, un geste vis à vis du client, renforce l’attachement à la marque.

Conclusion : je l’ai dis, eatme est une jolie surprise. Ce concept prouve qu’avec des convictions, une exigeance, un positionnement abouti, et une volonté de s’entourer intelligement dans le but de parvenir au concept défini, la réussite ne se dément pas. Personnellement, je suis devenue assez fan de eatme qui, de mon point de vue, atteint avec bonheur les contours de la Gourmetise pour un concept de restauration rapide Haut de Gamme.

Vite, vite, vite l’adresse :

38, rue Leopold Bellan – 75002 Paris

35, rue de Washington – 75008 Paris

47, rue du faubourg montmartre – 75009 Paris

58, rue du faubourg poissonnière – 75009 Paris

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 Commentaire

  1. Jean Daniel

    J’aimerais rearler avec vous de Eatme quatre ans après la parution de votre artice.
    mon mail : ndzegue@yahoo.fr
    Merci d’avance

Laissez un commentaire

Les champs marqués d’un * doivent être remplis