Des petites ganaches so Gü

Publié le 01/12/2008 dans En rayon par Soph Gourmetise - 1 Commentaire

Pour une fois que j’étais à la maison à midi, je m’étais conservée sous le coude une Gourmetise signée Gü, et je vous assure, j’ai bien profité de ce moment de délice.

Pour ceux qui ne connaissent pas cette marque au nom totalement déjanté, voici l’histoire.

Il était une fois, James Averdieck, homme de goût, anglais. C’est lors d’un déjeuner, à Bruxelles, qu’il se laisse surprendre par la qualité des produits (et des desserts essentiellement) de l’enseigne Le Pain Quotidien et s’interroge « Mais pourquoi dans mon pays, n’avons nous pas de desserts de haute qualité ? ». Quel bon sens ! C’est vrai les anglais ne sont pas réputés pour la qualité de leur nourriture et encore moins pour leurs desserts. Ceci étant, à regarder les efforts considérables qu’ils réalisent en matière de gastronomie depuis quelques années, il va falloir les surveiller de près ces anglais. Ils savent relever les manches et gagnent souvent leur pari.

A peine retourné dans son pays, le voilà en effervescence. Gü est lancé. Nom qui prend appui au mot français « goût » agrémenté d’une touche d’humour, Ah l’humour anglais. Dans la foulée, est lancé Frü, autour des Früits, vous avez compris aussi le jeu de mots… Il paraîtrait qu’un produit Gü ou Frü est consommé dans le monde toutes les 2 secondes.

La mission des produits : être aussi bons que les pâtisseries en restaurant, gastronomiques, je suppose. Mission accomplie, je dis !

Je vous présente « Les 3 petits plaisirs au chocolat » :

Le packaging fait état de 3 usages possibles du produit : 1/ tel quel (ce que je me suis empressée de faire, sans trop me poser la question) 2/ à réchauffer et utiliser comme un nappage au chocolat 3/ marriez  le avec du lait chaud et vous voilà avec un VRAI chocolat chaud.

Place à la dégustation maintenant !

 

ET HOP :

J’AI MEME POUSSE LA GOURMETISE JUSQU’AU BOUT :

Conclusion : c’est exceptionnel. La texture se rapproche plus de Nutella que du yaourt, donc plutôt épaisse, bien ferme en bouche. Et le chocolat prend toute sa dimension en bouche. Le goût chocolat est vraiment très prononcé, à tel point qu’hier, après mon Gü, j’ai voulu me faire plaisir avec un Mamie Nova Chocolat Intense qui, d’habitude révèle toute la puissance du chocolat. Etonnament, très fade après mon Gü. Comme quoi, Gü tient parfaitement bien ses promesses au point de détrôner haut la main des desserts pourtant très ancrés dans le chocolat intense.

Point faible : on s’en doutait, le prix. Et oui, comme tout bon produit, malheureusement, son prix induit sa qualité et inversement.

Où les trouver : chez Monoprix, La Grande Epicerie de Paris, Lafayette Gourmet sûr et certain. Et sur leur site, toutes les autres marques sont indiquées (Auchan, Carrefour…).

Quoi d’autres ? Leur gamme autour du chocolat est large, j’essaierai de la déguster entièrement et de la faire partager. Ceci étant, il y a 10 jours, je me suis rendue à leur Noël de Gü. Nous avons eu l’honneur de déguster en avant-première un gâteau « tuerie ». Je ne me souviens plus du nom, j’ai perdu les photos prises, mais je me souviens du régal éprouvé et qu’ils sont référencés en exclusivité avant les fêtes chez Monoprix. Gâteau rond, présentant 3 couches (chocolat, caramel et gâteau croustillant), en espérant ne pas me tromper.

http://www.guchocolat.fr/

Pour Frü : http://www.guchocolat.fr/index.php/page/frufousdefruits

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

→ Tags:

1 Commentaire

  1. Guillaume

    perplexe…

    J’ai aussi repéré cette marque voilà un an et demi et je dois avouer qeu j’ai été très déçu par la qualité des produits qui en soit n’apportent rien d’un point de vue organoleptique.
    Je loue par contre les qualités de com de cette gamme de produits qui vient complètement casser les codes de la pâtisserie en se créant un véritable univers de marque à savoir:
    -le noir des photos avec le produit en majesté
    -le coté très sensuel du chocolat rendu dans leur film publicitaire et le visuel de l’emballage qui créé une distanciation face au produit avec l’idée de péché de gourmandise/luxure
    -une police d’imprimerie et une phonetique originale(tous les « ou » deviennent ü)

    on a d’ailleurs un « me too » français qui s’appelle « fout de gout » qui est aussi distribué à la grande épicerie et aussi chez ED.
    le story telling est quasiment le même c’est assez amusant..

    Il s’agit dans les deux cas du meilleur moyen de faire référencer de la pâtisserie surgelée packagée au rayon frais en cassant les codes et en racontant une jolie histoire qui change de la grand mère qui fait des gâteaux ou de la sempiternelle pâtisserie de « terroir »

    j’ai l’impression que c’est dans la même veine que ce que peuvent faire michel & augustin en vendant des produits de bonne qualité (mais pas fous non plus) avec une excellente communication derrière, autour de valeurs de plaisir, de goût et de sympathie pour les créateurs rendant l’achat impliquant auprès des consommateurs.
    Même si les produits sont bons j’ai quand même le sentiment d’acheter du signe et pas du Gâteau.

    Je préfère autant le coulant chocolat Monoprix gourmet.
    enfin c’est un autre débat…

Laissez un commentaire

Les champs marqués d’un * doivent être remplis