Le poisson, on s’y penche…

Publié le 16/09/2013 dans D'ailleurs par gourmetise - Aucun commentaire

Bon an mal an, d’épopées en épopées, de découverte en découverte, jour après jour, euh non de temps en temps en réalité, je suis confrontée à quelques nouvelles têtes de poissons. Je sens, et je peux vous assurer (mes parents m’ont fourni un nez digne de ce nom…), je flaire que le poisson d’ici quelques temps va faire parler de lui.

Car lui aussi, comme ses confrères les légumes (les anciens, la diversité des variétés), la viande (doucement, aussi) va vouloir prendre la parole.

On entend un peu partout qu’il est menacé, qu’il est gavé de plomb et autres cochonneries et j’en passe. Le poisson n’est pas LE poisson. Il existe de multiples espèces, nous n’avons pas fait le tour, non. J’espère, mais je pourrais éventuellement me tromper, que de nouvelles vont émerger de ci de là et reprendre le flambeau des cabillauds et autres comparses largement sur consommés.

Un peu à l’instar des éléphants devenus une espèce en voie de disparition. Une mise sous protection lui a permit de se reproduire à nouveau, certains pays s’inquiètent même de leur propagation et souhaite les délocaliser.

A ce jour, voici les quelques phénomènes que j’ai croisé sur mon chemin de Gourmetise. Pour le moment, ils font l’apanage des grandes tables ou de marques de luxe, inaccessibles, mais n’est-ce pas par le sommet de la pyramide que les tendances s’installent ?…

La sériole, proposée par Kaviari (pour les chefs uniquement…). Un poisson qui m’a été présenté comme japonais, il n’en demeure pas moins que son origine varie selon les sources internet disponibles… A creuser. Chair blanche assez ferme (sans avis sur le goût, il était mariné à des épices…)

La légine, poisson évoluant dans les eaux profondes de l’océan antarctique, il serait très prisé des japonais. Sa texture se rapproche de la sériole et développe des saveurs uniques, rares pour un poisson blanc. Je ne l’ai pas goûtée depuis longtemps, donc serai inexacte dans la restitution, mais je me souviens que ce fut une réelle merveille de saveurs !!

Découverte en premier chez Qwehli (qui fourni Pascal Barbot, chef triplement étoile de l’Astrance, mon rêve absolu, je veux découvrir cette pépite) puis chez Petrossian qui la propose en version fumée.

Enfin l’Arapaïma, poisson d’eau douce provenant du Brésil. Une texture assez ferme, je n’ai pas été transcendé par le goût, assez neutre.

Découvert chez Petrossian aussi.

Alors, gardez vos sens ouverts, je pense que le poisson va reprendre la parole. Même s’ils viennent tous de loin, peut-être va t-il trouver un nouvel essor par ce biais là ou un autre, plus proche. Parions !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laissez un commentaire

Les champs marqués d’un * doivent être remplis